Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A la plume de mes doigts

A la plume de mes doigts

Rédactrice, correctrice, conceptrice, formatrice, secrétaire indépendante en Bourgogne Franche-Comté

La Pastorale de Bonnevaux ou les secrets d’une ferme comtoise

Bonnevaux

Tourisme et tradition

Visite guidée à la ferme de la Pastorale de Bonnevaux

A l’entrée de Bonnevaux, à six kilomètres de Frasne, se dresse une ancienne et typique ferme comtoise, appelée La Pastorale,  que son propriétaire Jean Paul Lonchampt se fait un plaisir de vous faire découvrir, au cours d’une visite envoûtante qui remonte le temps.

Louée jusqu’en 1970, mise en vente pendant une vingtaine d’années, cette imposante bâtisse n’a jamais trouvé acquéreur. Cette perspective de laisser partir cet édifice étant irréaliste aux yeux de Jean Paul Lonchampt, alors cuisinier de l’Auberge de la Haute-Joux, à Bonnevaux même, il décida, après avoir cherché d’autres appuis, de l’acheter pour faire revivre cette partie de l’histoire de la Franche-Comté. « J’ai décidé de refaire tout seul. Il a fallu tout recomposer le jardin à l’abandon. Nous avons posé 36 tonnes de tuiles sur le toit. J’ai appris l’histoire. J’ai découvert un monde de paysans instruits et cultivés avec le bon sens paysan », raconte-t-il.

Depuis l’an 2000, une fois ces travaux terminés, le propriétaire, après avoir hissé fièrement le drapeau comtois, chausse son bâton pour emmener ses visiteurs dans les antres de cette vieille ferme. Au cours de la visite, telle une mise en scène liant savoir, humour, et militantisme, le pèlerin découvre comment étaient construites ces immenses bâtisses vieilles de 200 ans et les trésors d'ingéniosité dont faisaient preuve nos aïeux dans la vie quotidienne : « 8000 m3 à l’abri. Lamartine a écrit « J’ai vu dans le Jura des maisons si vastes que cheval et voiture circulaient dans le grenier » », cite le guide. « Tout est regroupé sous une même toiture pour prévoir le travail de l’hiver. La charpente est en Croix de Saint-André. J’y ai vu 300 tonnes de neige. Cette ferme est une cathédrale du monde rural. Trois ans ont été nécessaires pour la construire. Ces grosses fermes étaient les PME d’aujourd’hui », développe-t-il, non avare d’arguments sur l’importance de la bonne lune dans la coupe du bois, les foins fauchés maintenant mécaniquement « trop courts, trop tôt au détriment des fleurs », et la disparition de la poésie rurale lors du remembrement.

Après avoir traversé le temps et les pièces, la grange du bas, la chambre à grain, la cave voûtée, la salle à manger et ses lits en alcôve, « aux boiseries bleues et grises, à la mode à l’époque », la chambre à donner (ancêtre de la chambre d’amis), la visite se termine dans l’ « outô », majestueuse pièce principale qui servait à la fois de cuisine, de laverie, de fromagerie et de réfectoire pour tout le personnel de la ferme (pouvant avec la famille, atteindre jusqu’à 30 personnes) et où se dresse une monumentale cheminée de 16 mètres de haut.

Le jardin, quant à lui, regorge d’une variété impressionnante de plantes et légumes, tels la verveine citronnée, l’oignon rocambole, le lys blanc, la camomille et « le cannabis », plaisante Jean-Paul Lonchampt, avant de conclure que le potager représentait « la pharmacie sous la fenêtre » ! « Maintenant, on fait des jardins verticaux sur les immeubles. On marche sur la tête ! » Il n’épargne pas non plus le tilleul « dépouillé, maltraité », qui symbolise le « contribuable français. »

Cette cathédrale du monde rural attire 3000 visiteurs annuels venus de tout horizon. Jean-Paul Lonchampt les accueille tous les jours du 1er mai au 30 septembre à 15 h 30 et 16 h30. La ferme musée est fermée le samedi, sauf en juillet et août. Toute l’année les groupes peuvent venir visiter sur rendez-vous.

La Pastorale, 3 rue des Tourbières, 25560 Bonnevaux. Téléphone 03.81.89.77.20

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article